Détecter l'intoxication au monoxyde de carbone

Le monoxyde de carbone est le plus simple des oxydes du carbone c'est à dire une molécule composée de carbone et d'oxygène ; sa formule brute s'écrit CO. 

Le monoxyde de carbone est un gaz incolore, inodore et très toxique pour les mammifères.
Chez l'Homme, c'est une cause d'accident domestique extrêmement fréquente ; les intoxications sont parfois mortelles, alors qu'il peut être facilement repéré par un détecteur de monoxyde de carbone. 

L'émanation provient d'une combustion incomplète de composés carbonés et accentuée par un mauvais renouvellement de l'air frais dans la pièce. 

Il existe deux types d’intoxication :

  • l’intoxication aiguë ..  une intervention des secours en urgence en raison de vertiges,  perte de connaissance, impotence musculaire. Ce type d'intoxication peut provoquer un coma voire le décès. 
  • l’intoxication chronique... ce sont des maux de tête,  nausées,  une éventuelle confusion mentale.
    Difficilement détectable, elle peut entraîner, à la longue, des troubles cardiaques ou respiratoires.
    Ce type d’intoxication est actuellement suspectée de perturber le développement normal des enfants et notamment leur fonctionnement intellectuel.
     

Attention aux signes cliniques ! 

Les signes cliniques ne sont pas spécifiques : maux de tête, vertiges, malaises, nausées, difficultés respiratoires, troubles de la vision, de l’odorat ou du goût, troubles du sommeil, de la mémoire, de l’attention, douleurs thoraciques, abdominales, musculaires peuvent être rencontrés à des fréquences variables.

Beaucoup d'intoxications entrainent de faux diagnostics de grippe, de gastro-entérites ou d’autres affections bénignes.
Le gros problème des intoxications au CO est qu’une explication toute prête du médecin peut être disponible pour expliquer les symptômes observés et cela conduit probablement à une sous-estimation des intoxications au CO survenant chez des malades « vasculaires » connus.

Trois situations cliniques particulières méritent d’être notées :

  • la femme enceinte (risque élevé pour le fœtus)
  • l’enfant de moins de deux ans (présentation atypique, par exemple cris)
  • les personnes âgées (les signes non spécifiques peuvent être attribués à tort à l’âge).
     

Il serait déraisonnable de demander le signalement de cas soupçonnés sur de seuls symtômes clinique, sans autres éléments ; En revanche, les signes cliniques doivent conduire le médecin à soupçonner et vérifier une intoxication au CO. La deuxième étape serait donc logiquement de confirmer cette situation.
Le dépistage de l’air expiré avec un carboxymètre peut s’imposer en cas de doutes (le carboxymètre est un détecteur spécifique du monoxyde de carbone).


Rechercher

Restez informés